natures mortes
Hélène Singer interroge la notion de nature morte contemporaine. Jouant des codes, des symboles et de la théâtralité de ce thème pictural traditionnel, elle produit des compositions photographiques où l'apparente quiétude des scènes inanimées est troublée par des éléments décalés, organiques ou en cire. Anima naturalis : présence de la vie animale dans les natures mortes, mais aussi nature animée par un jeu d'illusion qui déconstruit l'opposition entre le vif et le mort, le vrai et le faux, la chaleur et le froid...

L'ouverture du corps provoque le rejet et le dégoût parce qu'elle sous-tend la plaie, la déchirure ou la douleur. Mais rien de tel dans ses photographies, dans lesquelles seuls des objets, végétaux et fruits, déversent silencieusement leurs entrailles animales. La beauté sacrifiée fait place à une étrange crudité, celle de la chair fendue remplie de suc ou de cire. Cette matière organique, teintée dans la masse, brûlante avant de se figer, dont le dedans équivaut au dehors, s'oppose au parfum éteint des natures mortes et symbolise l'impossible césure entre corps interne et externe.
vues d'expositions

Musée des Beaux-arts d'Orléans, 2009

Exposition personnelle Anima Naturalis.

Exposition comme une résonance aux tableaux de natures mortes exposés dans les salles.

Scène nationale d'Orléans, 2014

Exposition collective Performances 3 .

Régis Sénèque, Hélène Singer, Frédéric Vincent. Commissaire d'expo : Sébastien Pons.

Musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, 2012

Exposition collective Animalement vôtre.

image 1
image 2
image 3
image 4
image 5
image 6
image 7
image 8
image 9
image 10
image 11
image 12
image 13
image 14
image 15
image 16
image 17
image 18
image 19
image 21
image 20
image 34
imagee 22
image 23
image 24
image 25
image 26
image 27
image 28
image 29
image 30
image 31
image 32
image 33